Diskouezadeg/Exposition Collectif Arts de Bretagne

05-03-2019 10:00 - 30-03-2019 13:00
Yezhoù ha Sevenadur
Address: 12 Avenue de l'Angevinière, 44800 Saint-Herblain, France

Bodañ a ran Collecitf Arts de Bretagne arzourien a vicher, livourien hag engraverien, deus ar 5 departement breizhek. Skignañ, diorren ha brudañ arouziren a vremañ deus Breizh eo pal ar Collectif.

An arzourien : Marc Bernol / Christophe Brezellec / Jean-François Chaussepied / Mary-Claude Delingette / Ellem / Chantal Gouesbet / Nolwenn Guillou / Yannick Huiban / Marie-Gilles Le Bars / Marie-Hélène Lorcy / René-Claude Migaud / Francis Rollet / Nicole Ryan

Ce collectif regroupe des artistes professionnels, peintres et graveurs, des cinq départements historiques de la Bretagne dont le but est de diffuser, développer, et promouvoir des expressions artistiques contemporaines en Bretagne.

Marc Bernol / Christophe Brezellec / Jean-François Chaussepied / Mary-Claude Delingette / Ellem / Chantal Gouesbet / Nolwenn Guillou / Yannick Huiban / Marie-Gilles Le Bars / Marie-Hélène Lorcy / René-Claude Migaud / Francis Rollet / Nicole Ryan

 

Related upcoming events

  • 02-04-2019 10:00 - 03-05-2019 18:00

    « Joana Prats, le sublime disparu & la collection des simples »

    La nature possède une forme éternellement changeante. Seule l’habitude nous empêche de voir leur nouveauté renouvelée. Elle se dévoile au poète qui a pour fonction presque divine, de la révéler aux hommes. (Lucrèce, I siècle avant notre ère)

    Dans la peinture de Joana Prats, l’observation est une affaire d’attitude. Une réceptivité des instants pour en faire quelque chose qui appelle le sublime ; rendre l’émerveillement, à travers une esquisse, une étude…

    Une étude, non pas comme un travail préparatoire à un éventuel tableau, mais comme une affaire intime qui permet de comprendre la nature, de la connaître, de créer avec elle une familiarité.

    On ne peut peindre le paysage sans être soi même dans le paysage, disaient les peintres lettrés chinois. Il s’agit de concevoir poétiquement la peinture. C’est à dire, penser avec les pinceaux.

    Souvent, face au matin, en train de suivre du regard les oiseaux migrateurs, il n’y a presque rien à voir. Pas de spectacle comme on en attend toujours.
    Mais une lenteur, une douceur, un sentiment d’unicité de ce qui se passe. Bruits, couleurs, battement du cœur, pensées, sérénité.
    Cela ne durera pas, dit « La valse des toréadors ». Mais c’est aussi beau que c’est étrange.

     

    La natura posseeix formes que canvien eternament. La força del costum no ens deixa veure aquesta constant renovacio. El poeta en té la revelacio i l’encàrreg gairebé divi, de mostrar-la als homes. (Lucreci, segle I abans la nostra era)

    A la pintura de la Joana Prats, l’observacio és una questio d’actitud.

    Rebre els instants i mirar de fer-ne quelcom que recordi allo que en diem sublim,  amb un esbos.
    Un esbos, no com a esborrany preparatori per a un quadre, sino per a treballar una mena de familiaritat amb la natura, copçar-la, comprendre-la…

    Només es pot pintar el paisatge essent-hi dins mateix, deien els pintors xinesos. Es tracta de concevra la pintura poéticament. Es a dir, pensar amb els pincells.